08 juillet 2009

Belles lettres - E comme...

ELUARD, Paul

On ne peut me connaître

On ne peut me connaître
Mieux que tu me connais
Tes yeux dans lesquels nous dormons
Tous les deux
Ont fait à mes lumières d'homme
Un sort meilleur qu'aux nuits du monde
Tes yeux dans lesquels je voyage
Ont donné aux gestes des routes
Un sens détaché de la terre
Dans tes yeux ceux qui nous révèlent
Notre solitude infinie
Ne sont plus ce qu'ils croyaient être

On ne peut te connaître
Mieux que je te connais.

Les yeux fertiles, 1936


09032_E

Posté par ML BRODYZEN à 20:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 juillet 2009

Belles lettres - D comme

DAUDET, Alphonse

Ballades en prose

En ouvrant ma porte ce matin, il y avait autour de mon moulin un grand tapis de gelée blanche. L'herbe luisait et craquait comme du verre ; toute la colline grelottait... Pour un jour ma chère Provence s'était déguisée en pays du Nord ; et c'est parmi les pins frangés de givre, les touffes de lavandes épanouies en bouquets de cristal, que j'ai écrit ces deux ballades d'une fantaisie un peu germanique, pendant que la gelée m'envoyait ses étincelles blanches, et que là haut, dans le ciel clair de grands triangles de cigognes venues du pays de Henri Heine descendaient vers la Camargue en criant : “ Il fait froid... froid... froid.”

Lettres de mon moulin


09032_D


            

Posté par ML BRODYZEN à 21:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 juillet 2009

Belles Lettres - C comme...

CORNEILLE, Pierre

Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie !
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?
Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers
Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?
Mon bras, qu'avec respect toute l'Espagne admire,
Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire,
Tant de fois affermi le trône de son roi
Trahit donc ma querelle, et ne fait rien pour moi ?
Ô cruel souvenir de ma gloire passée !
Oeuvre de tant de jours en un jour effacée !
Nouvelle dignité, fatale à mon bonheur !
Précipice élevé d'où tombe mon honneur !
Faut-il de votre éclat voir triompher le Comte,
Et mourir sans vengeance, ou vivre dans la honte ?

Le Cid, Acte I, sc. IV, 1637


09032_C_par_Brodyzen

Posté par ML BRODYZEN à 16:20 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 juillet 2009

Belles Lettres - B comme...

BAUDELAIRE, Charles

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encesoir ;
Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
Ton souvenir en  moi luit comme un ostentoir !

Les Fleurs du mal, 1857


09032_B_par_Brodyzen


Oh c'est dommage sur la photo on ne voit
pas le fil argent en contraste
avec le bleu, pour la lettre A
le doré ressortait bien avec le rouge.
A bientôt pour la suite.

Posté par ML BRODYZEN à 06:19 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 juin 2009

Belles Lettres - A

Une nouvelle série qui nous mènera
jusqu'au 24 août, voici donc le A comme...

ARAGON, louis

Que serais-je sans toi

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre.
Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant.
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre.
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

J'ai tout appris de toi sur les choses humaines.
Et j'ai vu désormais le monde à ta façon.
J'ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines.
Comme au passant qui chante, on reprend sa chanson.
J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson.

J'ai tout appris de toi pour ce qui me concerne.
Qu'il fait jour à midi, qu'un ciel peut être bleu
Que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne
Tu m'as pris par la main, dans cet enfer moderne
Où l'homme ne sait plus ce que c'est qu'être deux.
Tu m'as pris par la main comme un amant heureux.

Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes.
N''est-ce pas un sanglot que la déconvenue
Une corde brisée aux doigts du guitariste
Et pourtant je vous dis que le bonheur existe.
Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues.
Terre, terre, voici ses rades inconnues.



09032_A_par_Brodyzen

Posté par ML BRODYZEN à 06:35 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,